AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Lun 10 Oct - 0:31

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012


Elle respirait fort, lourdement, de la bave coulait le long de son menton, ses crocs lui faisaient un mal de chien. Elle haletait, jappa un coup alors que ses pattes cessaient de la portée. Sa conscience se délitait dans celle du caracal qui était tout aussi perdu qu'elle. Son odorat surdéveloppé mélangeait les odeurs, les sons, elle sentait la fumée de l'incendie, le sang sur son pelage, la plaine tout autour d'elle. Elle avait commencer à confondre les jours et les nuits, se nourrissant de petits animaux, buvant dans les mares d'eau croupies. Combien de jours avaient passés depuis qu'elle était avait pris sa forme animale ? Depuis que ses frères étaient morts ? Rien que se souvenir suffit à la terrasser et elle se roula en boule au pied d'un arbre et couinant, raclant le sol de ses griffes. Ses souvenirs la submergèrent, elle ressentait tout mille fois mieux, mille fois pire. Le sang partout, les corps détruits, les os brisés, la peau déchirées, les visages déformés de ses très chers frères, de sa seule famille. Elle entendait encore ses propres hurlements de douleur, elle sentait ses cordes vocales s'inflammer, se dilatées pour laisser sortir la peine incommensurable et la colère bourdonnante. Elle cussa, émit un glapissement alors qu'elle sentait sa pauvre carcasse se racornir. Elle était passée en furie s'en vraiment s'en rendre compte, le caracal l'avait protégé d'elle même. Elle courrait depuis elle ne savait même plus combien de jour.

Elle s'ébroua et se remit en marche, se déplaçant sans bruit dans la plaine pour atteindre la lisière de la ville. L'air sentait l'eau salée, elle se savait proche de la mer qu'elle avait traversé acculée dans la cale d'un chalutier. Ses yeux de fauve mêlée à ceux de l'humaine qu'elle était lui permirent de lire le panneau d'entrée : Edimburg. Elle était arrivée aussi loin en Ecosse? Elle se força à se souvenir de l'humaine qu'elle était, même si c'était horriblement difficile. Lentement sa réflexion se fit plus humaine que féline, elle essaya de laisser derrière elle le caracal alors qu'elle entrait en ville par les petites rues. Le quartier était peu animée et à l'aide de son odorat elle se dirigea vers les quais.

Saf tourna son regard vers une grande surface en verre, l'entrée d'une poissonnerie apparemment, qui lui renvoyait son image. Les quais étaient déserts, personne ne faisait attention à elle, il devait être tard. Ses cheveux roux étaient en bataille, elle avait encore une partie du visage à moitié animal, son oreille droite gardant la forme particulière du caracal. Elle était couverte de fumée noire de l'incendie et du sang maculait ses bras. Ses canines félines et ses griffes étaient toujours là. Elle n'avait pas la force de retrouver complètement forme humaine. Saf se laissa tomber, se roulant en boule contre la devanture en sanglotant comme l'âme perdue qu'elle était. La primitive n'avait plus la force de se battre, de bouger, c'est à peine si elle respirait. Une forme massive s'approcha alors d'elle, elle émit un jappement aigu avant de se rappeler comment parler.

« S'il vous plait ... »

Laissez moi mourir. Achevez moi.  
© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Lun 10 Oct - 17:16


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Tu te réveilles en sursaut. C'est un hurlement qui te tire de ton repos. D'instinct, tu bondis hors du lit, tes crocs sortis, et enfonce à moitié la porte de la chambre voisine de la tienne où tu trouves ta créatrice. Greta. Elle dormait encore d'un sommeil artificiel, provoqué par des puissants sédatifs. Son visage crispé dans une grimace effrayante, elle-aussi sous forme d'Immortelle, le corps contorsionné dans des spasmes douloureux. Elle baragouine en allemand un charabia incompréhensible avant de répéter comme une litanie un seul prénom. Günter. Ton front se barre des trois rides du soucis alors que tu passes doucement ta grande paluche sur son visage pour dégager les mèches ébènes devant ses yeux. Ta voix se fait murmure mais ferme pour la tirer du tourment de ses songes. Tu l'appelles de plus en plus fort jusqu'à l'extirper de son cauchemar et elle ouvre des yeux ronds en te voyant, l'air si inquiet, au dessus d'elle. Ca lui arrivait toujours, à cette époque de l'année. Elle se laissait hanter par le souvenir de son défunt mari et en rêvait jusqu'au supplice. A la période où il était mort. Cela faisait des années, des décennies, mais la peine était encore vivace. Tu baises tendrement son front et la berces alors qu'elle s'abandonne aux larmes. Tu la laisses se calmer et farfouilles d'une main dans sa table de nuit pour trouver les seringues pré-remplies et lui faire l'injection salvatrice qui lui offrirait un sommeil sans rêve. Elle ne chasserait pas cette nuit, elle ne vivrait pas, non. Elle pleurerait son malheur dans l'amnésie que tu lui offres, par une compassion qui est plus forte chez toi que la rancoeur.

La seconde fois que tu sors de ta chambre pour déambuler dans les couloirs de l'immense demeure, c'est un sentiment bizarre qui t'y pousse. Tu avais terriblement chaud, dans le lit de Greta, au milieu des milles voiles de tissus, coussins de soie et autres tentures compliquées. Tu grommelles. Ton dos te fait mal parce que tu es resté à la veiller à moitié assis. Et avec ta carrure, il te fallait bien un lit entier à toi tout-seul. Tu sors délicatement du lit pour ne pas la réveiller et va boire un verre de thé à la menthe froid aromatisé avec quelques gouttes du sang nécessaire à ta survie, dans l'immense cuisine au rez-de-chaussée. Le mauvais pressentiment que tu as eu et qui t'as tiré de là ne te quitte pas. Tu bug un peu devant le frigo, te gratte gracieusement les couilles avant de descendre un demi-litre de thé au sang cul sec. Quelle soif ! Tu allais retourner dans ta chambre quand un grincement te fait te retourner brusquement. Un miaulement attire ton attention et tu trouves, à la fenêtre ouverte, un chaton à l'air perdu. Pas très grand, pas non plus minuscule, il devait s'aventurer pour la première fois aussi loin de chez lui, et manifestement, il était perdu. N'écoutant que ton grand coeur -de toute façon, qui peut résister à un chaton ?- tu attrapes la bête par la peau du coup et le câline un moment entre tes gros bras. L'avantage, c'était que ce chat appartenait à un autre Immortel du domaine regroupant plusieurs manoirs du même style, hébergeant tous une colonie de vampires : tu sentais son odeur sur le pelage de l'animal.

Alors tu te diriges vers ta chambre avec ta boule de poil dans les bras, ne prend pas la peine de t'habiller -ton pantalon de pyjama à motif oriental ethnique fera bien l'affaire pour quelques minutes et tu avais trop chaud pour mettre un débardeur- et récupère juste ton portable au cas où. Si Greta faisait un autre cauchemar et qu'elle te trouvait pas en se levant, elle allait paniquer. Et tu ne voulais pas la tourmenter davantage. Tu sors de la demeure sans faire de bruit, fourre tes clefs dans l'autre poche et te dirige, à l'odeur, vers chez l'Immortel qui possède le chat. L'avantage, c'est que l'odeur était familière, donc tu devrais le trouver assez facilement. Alternant le reniflage du chat qui ronronnait comme un malade contre ton torse et le sniffage des portails en fer forgé alentours, tu finis par remonter de deux rues. Enfin, tu arrives devant une maison familière, et pour sur, c'est celle de Malik, un Immortel d'origine algérienne qui travaille dans un salon de thé que Greta adore. Tu vas souvent fumer une chicha avec lui, à l'occasion. Tu finis donc par déposer le petit animal devant la porte. Tu ne t'es pas trompé parce qu'il part la queue en l'air vers la chatière et rentre en ondulant dans la maison. La tronche en vrac, à moitié groggy et encore avide de repos à cause du rythme inverse que tu t'infliges en bossant la journée parmi les humains, tu décides de rentrer chez toi. Tu fais un petit détour pour t'aérer la tête, appréciant malgré toi la plénitude qui t'envahi toujours lors de tes rares sorties nocturnes, quand ton regard est attiré, au milieu de la rue.

Tu t'approches et plus tu réalises que c'est une personne qui rampe à moitié au milieu de la rue, plus tu presses le pas. Jusqu'à courir pour arriver à sa hauteur. C'était une fille. Enfin, ça devrait une fille en temps normale. Sauf que la moitié de son visage ressemblait à un espèce de gros chat avec des oreilles pointues. Tu te précipites pour l'entendre implorer de l'aide. Ton sang ne fait qu'un tour. Tu la détailles à peine quelques secondes, surtout pour estimer si elle était blessée, avant de t'agenouiller près d'elle. Au milieu de ses sanglots, tu perçois sa détresse. Elle est couverte de suie, de cendres, de sang. Tu paniques un peu. Une Primitive. Une Primitive bien mal en point. Tu ne sais pas quoi faire. Ton instinct te dit de la mettre à l'abri. Mais où ? Tu n'allais quand même pas rentrer chez Greta avec une fille nue à moitié transformée en chat, elle ne supportait pas les Primitifs et pourrait l'achever si elle la voyait. Mais comment faire ? L'idée te vient en repensant à l'escapade nocturne de ton ami à quatre pattes. La fille demandait ton aide comme le chat qui était venu miauler à ta fenêtre. Tu ne pouvais pas prendre le risque de l'abandonner. Tant pis pour Greta. Tu t'accroupis, glisses tes paumes sous ses épaules et ses genoux avant de la soulever. Elle tremble contre toi quand tu lui dis d'une voix chaude, dévoilant malgré toi tes crocs acérés.

"T'en fais pas, ça va aller. J'vais prendre soin de toi. J'm'appelle Jahaal. Tu es en sécurité maintenant. Ca va aller."


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Lun 10 Oct - 17:48

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012


Saf se sent pathétique, lamentable. Mais c'est trop dur de se battre, trop dur de reprendre le dessus sur le caracal, sur la douleur que ça implique d'être pleinement humaine, sur la tristesse abyssale qui envahie son cœur peu à peu. Jamais avant elle ne c'était laisser abattre, même quand leur père les avaient abandonnés, même quand elle avait appris pour le cancer de sa mère, même quand son totem faisait des siennes au point de lui faire perdre pied devant un amphi entier, même quand sa mère était morte. Non jamais elle ne c'était permise de flancher, jamais elle n'avait baisser les bras parce que ce n'était pas dans sa nature. Mais là c'était trop d'un coup, c'était trop pour qu'elle puisse n'en accepter que le quart sans flancher. Ils étaient morts, définitivement et irrémédiablement morts. Elle était seule, elle n'avait plus rien à quoi se raccrocher.

Le caracal l'avait protéger de l’abîme dans laquelle elle souhaitait plonger mais maintenant qu'elle se trouvait là dans cette rue déserte, dans une ville inconnue elle n'avait plus la force de se battre et le caracal en elle était épuisé de lutter contre la nature humaine qui ne demandait qu'a se déverser et à se laisser mourir dans un coin. Le sol agressa sa peau nue, elle n'avait même aucune honte de sa tenue d'Eve, elle s'en moquait. Ses yeux – encore jaune et félins – lui transmirent l'approche d'une grande silhouette. Elle geignit, supplia lamentablement, elle se serait mis des claques avant de se comporter ainsi. Mais ça c'était avant. Elle n'aspirait qu'a mourir, qu'a rejoindre ses frères.

L'homme la regarda, il était grand, immense, à peine vêtu d'un pantalon aux couleurs étranges que le caracal voyait mal. Il s'agenouille et elle tends le bras pour chercher un contact humain, elle trouve son bras et Saf rétracte ses griffes rapidement dans un gémissements sanglotant. Le contact de la peau chaude contre la sienne gelée et sale est un soulagement autant qu'un coup de poignard dans son cœur. Il semble se décider et la saisit comme si elle ne pesait rien et il la presse dans ses grands bras forts, elle sent son cœur brûlant qui bat contre sa joue quand il l'appuie contre son torse nu. Elle voit ses dents pointues mais ce détail ne percute pas son cerveau embrumé. Et c'est quand il lui assure que tout va aller que ses dernières barrières sautent. Saf se met à pleurer, tremblantes de la tête au pied, les sanglots la secouent. Elle à l'impression qu'elle ne va jamais pouvoir s'arrêter, qu'elle va s'étouffer.

Puis lentement, le rythme de la marche du géant la calme, lentement, très lentement elle sent ses larmes se tarir, elle est épuisée, elle ne sais pas la dernière fois où elle à véritablement dormi. Elle se recroqueville contre l'homme alors qu'elle sent ses oreilles et son visage reprendre complètement forme humaine, seuls ses yeux restent jaunes. Elle fixe l'homme, sanglote encore une seconde avant de pouvoir parler.

« Je m'appelle Saf. Un sanglot lui déchire la gorge. Ils sont tous morts ... »

La terrible vérité lui éclate à la figure alors qu'elle se rends compte qu'elle est elle même entrain de mourir de l'intérieur. Elle s’agrippe à Jahaal – si elle se souviens bien – comme si c'était sa dernière bouée de sauvetage.

« Comment ça pourrais aller mieux alors qu'ils sont tous morts Jahaal ? Comment je vais m'en sortir sans eux ? »

© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mar 11 Oct - 22:28


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Tu marches. Ton pas se veut lent, mesuré, régulier, réconfortant. Quelque chose de tangible auquel se raccrocher. Car tu comprends en captant son regard anéanti. Tu comprends qu'elle souffre des mêmes maux qui tourmentent ta créatrice au coeur de son faux sommeil. Ton ventre se noue car tu sens la menace de la mort grimper sur toi, s'accrochant à l'âme brisée de la Primitive dans tes bras pour se glisser en toi. Et après une longue marche, où tu taches de continuer sans te laisser dévorer par la peur qui gronde, et la menace muette du danger qui vous guette, elle confirme tes pires soupçons. "Ils sont tous morts". Cette nouvelle fait l'écho à une annonce similaire, bien plus ancienne, tout aussi tragique. Une vérité toute nue, pas déguisée derrière des métaphores, pas avouer à demi-mot. Simplement la vérité toute crue. "Ils sont tous morts". Tu marches au même rythme presque lascif. Pourtant ton étreinte autour de la jeune fille se resserre. Tu pinces les lèvres fortement en chassant le souvenir du guérisseur qui t'avait dit presque la même chose, il y a déjà 161 ans, pour ton père. Et puis il y a 108 ans, pour ta mère.

Alors que tu réalises que presque deux siècles t'éloigne de ces souvenirs, tu es bien obligé d'avouer que la peine du deuil et la douleur de l'absence ne t'ont jamais vraiment quitté. Alors quand Saf s'accroche à toi désespérément, t'implorant de lui dire ce qui aurait du sens à présent, ce qui compterait, maintenant qu'elle était seule, tu ne parviens pas à lui répondre. Tu hoches simplement la tête en baissant les yeux. Tu restes coi jusqu'à parvenir dans ta rue, à la hauteur de l'immense demeure de Greta. Pas à pas, marche après marche, tu passes le portail en fer forgé, suit l'allée de graviers, ouvres la large porte en chêne qui grince sur ses gonds, traverse un hall au plafond haut surmonté d'un dôme de verre, montes l'escalier principal jusqu'à l'aile où se trouvait ta chambre. Tes bras commencent à fatiguer, tes muscles tétanisent, mais il est hors de question que tu la lâches. Tu ouvres la porte d'une main, pousse le battant avec ton dos. Tu n'allumes pas la lumière, tu te diriges à tâtons vers ta chambre. Tant pis si tu réveillais Greta. Il y avait plus grave à cet instant.

Tu déposes Saf dans ta chambre, au creux du lit immense dans lequel tu as à peine dormi. Son corps frissonne, tremble. Tu déniches dans un coin de ton armoire, un vieux tee-shirt en coton propre. Tu t'assoies près d'elle, l'aides à se redresser, à passer ses bras dans les manches trop grandes pour elle, à dérouler le tissu pour se couvrir. Ton regard est plein d'une pudeur respectueuse inhabituelle. Et puis tu te couches à ses côtés. Et tu l’entraînes contre toi. La forces à s'allonger. L'enlaces de ton bras puissant qui la fait paraître minuscule. Tu sens sa tête contre toi, et tu poses ta joues contre son front, baises ses cheveux en chuchotant doucement des mots en arabe. Les paroles à peine chantonner d'une berceuse que chantait ta mère, autrefois. Pour la calmer. L'apaiser. Lui laisser le temps de faire le point, de reprendre des forces pour répondre à la question difficile que tu devais lui poser.

"Saf ... qu'est ce qui t'es arrivée ? Raconte moi ... Raconte moi ce qui s'est passé."


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 16:56

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

Elle avait la terrible impression de se noyer dans un verre d'eau, de s’étouffer dans son propre corps, comme si elle était prise au piège, que sa cage thoracique cherchait par tout les moyens à lui écraser le cœur et les poumons. Saf ne savait pas si elle arriverait un jour à arrêter de pleurer. Mais comment serait – ce possible de supporter la perte abominable qu'elle venait de subir ? Le caracal l'avait protéger d'elle même pendant sa fuite de Dublin mais elle avait l'impression qu'il avait usé ses réserves et que sa tristesse était tellement immense que même l'implacable carnassier n'arriverait pas à l'endiguer plus longtemps.

Pourtant le rythme lent, les palpitations douces et la chaleur de Jahaal finirent par avoir raison de ses larmes, la fatigue aussi sûrement. Il resserre ses bras autour d'elle comme si sa révélation réveillait quelque choses chez lui. Son ouïe affinée lui fait entendre son cœur qui s'emballe, mais égoïstement elle ne veux pas entendre la douleur de son porteur, elle se noie déjà toute entière dans la sienne. Il ne réponds pas à sa question, de toute façon elle n'attendait pas de réponse, chaque mot auraient été vains et vide de sens. Ils rentrent dans une maison, elle voit le dôme de verre, elle devrait lui proposer de marcher mais elle à véritablement peur de ne pas pouvoir se soutenir, ses pieds nus saignent encore un peu. Les bras de Jahaal tremblent mais il n'émet pas une seule plainte, au fond d'elle Saf se dit qu'elle lui sera redevable toute sa vie mais pour l'instant ça lui passe au dessus.

Ils rentrent alors dans une maison, l'air y est plus chaud, embaumé d'effluves de menthes et de jasmin qui l'apaisent. Jahaal la dépose dans un lit où elle se love en boule, serrant ses genoux contre sa poitrine nue. Elle n'a qu'a peine conscience de sa nudité, mis à part le froid qui commence à faire dresser la chair de poule, elle tremble sans vraiment s'en rendre compte, elle voudrait sombrer. Mais Jahaal la relève et l'aide à enfiler un grand tee shirt, comme on ferait à une enfant. Elle cherche ses yeux mais il ne regarde pas son corps dénudé, il est prévenant, sans aucune mauvaise pensée. Et alors qu'elle ressent de nouveau le terrible besoin d'être contre lui il l'enlace dans un peau à peau rassurant. Saf enroule sa cuisse sur la hanche de Jahaal, la position pourrait être terriblement scabreuse mais elle uniquement besoin de chaleur, de réconfort. Sa bouche sur ses cheveux la détends, les tremblements cessent et elle commence à voir plus clair, à remonter à la surface. La mélopée de mots inconnus l'emporte pendant plusieurs minutes et elle se sent étrangement à l'abri, comme si plus rien ne pouvait l'atteindre.

Et il pose la question fatidique. Saf inspire lentement, déglutit la gorge sèche, elle se recule un peu et lève les yeux pour croiser ceux de Jahaal dans la semi pénombre. Elle n'avait pas véritablement vu à quoi il ressemblait, du bout des doigts elle effleure sa barbe. Elle soupire, son cœur s'affole dans sa poitrine, il faut qu'elle mette des mots sur ce qu'il s'est passé.

« Mes frères .. Mes quatre frères ont été tué par un maître, massacrés jusqu'au dernier. Je suis arrivée trop tard pour les sauver, il ne reste que moi. Je ne les ai même pas enterré Jahaal, je les ai brûlé et je me suis enfuie alors que j'aurais du brûler avec eux. »

De nouveau elle sent les sanglots ramper dans sa gorge et elle enfoui son visage dans le torse de l'homme contre elle.


© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 17:04


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Tu la sens s'enrouler autour de toi, glisser sa cuisse autour de ta taille, se presser davantage contre ton corps portant glacé contre sa peau brûlante. Tu es incapable de lui refuser. Tu te concentres uniquement sur le souvenir horrifique de Greta en pleine épilation du maillot, à quatre pattes dans sa salle de bain, qui t'appelait pour lui emmener une poche de glace à se "coller contre la raie" sous l'air abasourdi de l'esthéticienne à domicile. Histoire de ne pas te retrouver avec une érection déplacée. Elle doit se sentir bien contre toi car ses sanglots s'espacent, elle reprend peu à peu son souffle. Tu sens que tu parviens à l'apaiser, par ta seule présence, et les bénédictions arabes que tu marmonnes comme des incantations magiques. Ses cheveux sentent le sang, la sueur, la cendre. Et la peine. La souffrance parcourt tout son corps frêle et abîmé. Tu as remarqué ses égratignures, ses plantes de pieds à vif, et les multiples contusions qu'il faudra soigner après ça. Tu soupires. Elle finit par s'éloigner de toi juste un peu, pour te regardant des les yeux. Elle laisse sa paume effleurer ta barbe, ses doigts caresser les anneaux d'or entortillés ça et là. Puis elle finit par le dire.

Tu es complètement sous le choc. Ton coeur manque un battement et ta stupéfaction se lit sur ton visage. La véracité de chaque mot s'imprime en toi douloureusement alors que tu partages la détresse qui l'envahit à nouveau quand elle vient se lover dans ton torse. Tu sens ses larmes sur ta peau nue, des larmes glacées. Tu laisses tes bras enfermés son corps contre le tien, la presse, la cajole car il n'y a rien à dire, rien à faire à part laisser la peine se répandre puis tarir. Ca prendrait du temps, avant qu'elle surmonte cette épreuve, peut être même qu'elle n'y parviendrait jamais complètement. Tout ce que tu pouvais faire pour elle, c'est ne pas la laisser seule. Alors tu lui donnes le change sur tout ce qui est matériel, tout ce qui fait qu'on continue de fonctionner même quand notre âme semble vide et creuse. Tu la laisses pleurer toutes ses larmes, et quand elle finit par se calmer, tu te relèves doucement. Tu parles plus pour meubler le silence que pour vraiment lui dire ce que tu fais. Sans doute qu'elle ne t'entend même pas.

"Il faut que tu manges. Je reviens tout de suite."

Tu tiens ça de ta mère, tout compenser par la bouffe. Même si tu n'avais plus besoin de manger de la nourriture humaine techniquement à présent, mais tu avais toujours des petites douceurs qui faisaient enrager Greta. Mais il fallait dire qu'en plus du réconfort évident d'une bonne pâtisserie avec une boisson chaude, la pauvre Saf avait l'air affamé. Tu te doutes qu'elle aura le ventre noué, qu'elle pourra à peine avaler. Alors plutôt que le repas reconstituant que tu ne manqueras pas de lui préparer demain, tu commences par des choses simples. Sur un plateau, tu mets un grand verre de limonade avec du sirop de violette -à l'époque, ta maman disait que c'était le remède à tous les maux-, quelques madeleines et muffins aux cramberries, des cookies aux pépites de chocolat et un grand bol de thé à la menthe et au jasmin brûlant. Tu rajoutes quand même deux baklava et des cornes de gazelles. Si les pâtisseries classiques sont de toi, les autres viennent d'une pâtisserie arabe du quartier. Le combo va retaper Saf sans problème, même si ça risque de la constiper sévère pour les trois prochains mois. Tu reviens finalement dans la chambre avec le plateau et le pose délicatement sur la table de nuit.

"Tiens ma biche. Et une fois que tu auras englouti tout ça, à la douche avant toute chose et je m'occuperais de te soigner. Tu as des blessures partout. Il ne faudrait pas que ça s'infecte. Ca fait combien de temps, que tu traînes dehors ?"


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 17:12

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

Heureusement – en quelques sortes – que Saf n'est pas dans son état normal sinon elle aurait été terriblement gênée de la situation, et de la position dans laquelle elle se tenait contre Jahaal. Plus tard elle sait qu'elle le plaindra fermement et s'excusera auprès de lui pour la position embarrassante dans laquelle elle l'a mise mais là pour le moment la seule chose qui compte c'est son contact, et cette impression qu'ici, entre ses bras puissants, il ne pourrais plus rien lui arriver. Sa nature profonde de caracal apprécie autant de contact et lui permet aussi d'essayer d'éclaircir les choses alors que son totem se vautre dans la chaleur de sa propre peau qui commence enfin à se réchauffer. Saf recommence à sentir son corps, les blessures qui lui font mal, la peau tendue là où elle à encore du sang séché, l'odeur de fumée entêtante. Ses doigts partent dans la barbe de Jahaal, pour s'occuper les mains pendant qu'elle parle.

L'impact de ses paroles, de la réalité lui donne comme un coup dans le ventre, lui serrant les entrailles, disloquant les derniers morceaux de son cœur éparpillé. De nouveau les sanglots sont plus forts et les larmes coulent, elle à l'impression de se vider complètement de l’intérieur. Saf ne sait même pas combien de temps elle pleure, finalement l'épuisement est tellement fort que les larmes s'assèchent sur ses joues et qu'elle se sent un peu plus vide et sereine. Jahaal doit le sentir car il s'écarte et part lui chercher de quoi manger. Pendant de longues secondes Saf se sent minuscule, elle tremble de froid. Elle finit par rassembler assez de force pour s'asseoir et attendre que Jahaal revienne. Elle n'est pas sure de pouvoir manger mais elle le doit, elle ne sait même pas a quand remonte son dernier repas humain. Elle essaya de bloquer ses pensées pour se focaliser sur le motif de la couette qu'elle a tiré vers elle. Elle à l'impression qu'elle ne pourra jamais guérir, comme si un trou béant, pire que la fosse des Mariannes c'était ouvert en elle, avec quoi pourrait – elle combler ça ?

Finalement Jahaal reviens avec un plateau bien chargé, elle glisse contre les draps comme un félin le ferait, elle à encore du mal à reprendre ses habitudes humaines, et s'approche. Toutes les douceurs lui font envie mais elle à peur de vomir tant son estomac s'est habitué au régime du caracal. Saf ne reconnais pas toutes les pâtisseries qui s'étalent devant elle, la main tremblante elle se saisit du verre de ce qui semble être de la limonade et le porte à ses lèvres. Le frais lui fait du bien, le goût sucré qui embrase ses papilles et qu'elle ne connais pas la réveille assez pour qu'elle tende la main vers une madeleine et l'engloutisse d'une bouchée. Elle hoche la tête en prenant un cookies, son péché mignon. Saf déplie ses jambes pour le laisser voir l'étendue des dégâts, elle à des coupures un peu partout, elle sent toujours la morsure sur son flanc juste sous le seins gauche qu'elle s'est faite en se battant avec un lynx qui voulait l'attaquer. Elle hausse les épaules quand il lui demande depuis combien de temps elle hère dehors. Puis elle avise le téléphone portable de Jahaal sur la table de nuit et appuie dessus pour voir quel jour ils sont. Lentement elle compte tout en buvant une nouvelle rasade de limonade.

« ça fait 9 jours exactement. Merci c'est très bon. »

Sa voix est rauque d'avoir autant pleurer, elle repose le verre à présent vide alors qu'elle est de nouveau assaillie par les images de ses frères, ça y est elle ne peux plus rien avaler. Saf remonte ses genoux contre son visage. Elle aimerait tellement que tout ça ne soit qu'un monstrueux cauchemar.

© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 17:20


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Lorsque tu reviens dans la chambre, elle se tient précautionneusement assise, les genoux sous la poitrine. En te voyant, elle se glisse contre la couette comme une chatte, s'approchant de toi avec une attitude féline non sans te rappeler le chaton vaillamment sauvé tout à l'heure. Tu as un sourire attendri en posant le plateau à sa portée. Tu perçois dans son regard un appétit qui te rassure. Les instincts primaires sont les premiers à revenir, et c'est bon signe. Ca veut dire que le corps reprend le dessus sur l'esprit qui s'abandonne à la douleur. La démarche t'était tristement familière. Tu l'encourages du regard bien qu'elle hésite un peu. Tu caresses doucement son épaule et son bras pour lui donner la motivation de commencer. Elle commence par se désaltérer, et tu remarques combien sa paume frêle tremble en attrapant le verre. Et puis, ragaillardie, elle s'empare de plusieurs biscuits qu'elle avale presque compulsivement. Tu ne la quittes pas des yeux, comme pour t'assurer qu'elle tient le coup à chaque nouvelle seconde qui passe. Lorsqu'elle te montre ses jambes, tu évalues d'un regard les dégâts. Elle était salement amochée. Tu grimaces un peu.

Tu te lèves finalement alors qu'elle vérifie la date sur ton mobile, farfouille dans la salle de bain attenante pour extirper une trousse à pharmacie. 9 jours. Ca faisait beaucoup. Tu reviens auprès d'elle alors qu'elle boit à nouveau en se repliant sur elle-même. La faim apaisée, elle finit par laisser le chagrin regagner du terrain, et se fait à nouveau embarquer par les vagues de désespoir. C'est là que tu interviens. Il fallait que tu l'aides à remonter la pente. Elle ne pourrait jamais s'endormir dans cet état. Alors tu t'agenouilles en face d'elle et capte son regard. Tu coules une paume plus grande que son visage entier contre sa joue et l'incite à te fixer un moment. Tu essayes de lui donner du courage, et de la force. Encore une fois, tu te montres directif sans être autoritaire. Non, tu donnes juste l'impulsion pour que les choses avancent.

"Bon, accroche toi à moi, je vais t'emmener à la douche."

Tu glisses yes bras sous ses genoux et derrière ses épaules alors qu'elle croise ses mains autour de ton large cou. Tu es encore un peu ankylosé de l'avoir porté si longtemps, mais tu tiens bon, ne montrant absolument pas, si ce n'est à la raideur de tes muscles, que l'effort t'épuise. Tant pis pour toi, tu aurais bien le temps de te reposer après. Tu passes dans la pièce voisine, entrouvre le rideau en plastique du bout du pied et dépose doucement Saf par terre, dans l'immense douche à l'italienne. Au vue de ton gabarit, elle était énorme, permettant aisément à trois personnes normales de s'y doucher côte à côte. Tu t'agenouilles alors auprès d'elle, retire délicatement le débardeur que tu lui as prêté, et attrape le pommeau de douche, un savon d'Alep et un gant de toilette. Ton regard ne se pose pas sur son corps comme sur celui d'une femme désirable, non, il est celui d'un soignant sur le blessé dont il prend soin.

Tu allumes l'eau précautionneusement en testant la température dans le creux de ton poignet, comme avant de baigner un enfant. Tu choisis de l'eau chaude sans être brûlante, pour réchauffer Saf de ses tremblements et lui apporter le réconfort en faisait disparaître toutes traces du drame de son corps. Elle frisonne quand tu fais doucement glisser le jet sur ses jambes, remontant vers ses cuisses avant de couler dans le bas de son dos, puis ses épaules et tout son torse. Quand elle est suffisamment réchauffée et qu'elle semble s'être habituée à la température, tu t'écartes pour retirer ton bas de pyjama et entre nu dans la douche. Tu ne te caches pas car tu sais qu'elle ne te regardera pas. Cet instant est bien au delà de ses considérations bassement sexuelles. Tu changes le mitigeur pour que l'eau coule depuis le haut, et tu déposes le pommeau sur son support. Le rideau de gouttes vous enveloppe tous les deux et tu te remets à sa hauteur pour la frotter doucement avec le savon et le gant. L'eau qui coule dans le siphon est brunâtre, et tu grimaces en voyant le mélange de cendre, de suie, de sang qui dévoile la peau meurtrie de la Primitve. Autant pour te rassurer que pour lui apporter du réconfort, tu lui murmure de ta voix rauque :

"T'inquiète ma chatte, ça va aller, hein, je suis là, j'm'occupe de toi !"


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 17:37

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

La présence de Jahaal presque constante lui permet de se relever un peu et de se forcer à boire. Le contact de sa main sur sa peau trace la chair de poule alors qu'elle boit. Elle à l'impression de ne pas avoir bu depuis des années. La madeleine coince un peu dans sa gorge puis elle se rends compte que le nourriture humaine lui avait terriblement manquer, se nourrir de baie et de petits mulots lui avait révulsé l'estomac avant qu'elle s'habitue. Quand elle déplie ses jambes elle voit elle même les dégâts, ses jambes sont amochées, elle sait que sous la fumée et le sang sur ses bras elle à des coupures aussi, ses pieds et ses mains sont abîmées par sa forme de caracal, elle a le dos lacéré qui tire quand les croûtes se tendent et la blessures la plus importante est celle sur son flanc, elle sait qu'elle saigne encore un peu mais elle ne veux pas en parler.

Neuf jours. Neuf longs jours qu'elle court dans les bois, sur les routes, qu'elle à traverser la mer, qu'elle est seule, la dernière de sa famille. Neuf jours et elle ne voit toujours pas le bout du tunnel c'est à peine si elle se sent capable de vivre. Finalement son estomac proteste et elle finit son cookies et arrête de manger, elle n'a pas vraiment envie de vomir dans les draps du pauvre Jahaal. Mais elle n'a pas vraiment le temps de replonger dans la spirale infernale que le grand gaillard est déjà près d'elle il l'oblige à le fixer dans les yeux. Ses pupilles la brûle alors qu'elle cligne et que ses yeux changent, un clignement et ils sont félins, un second et ils redeviennent normaux. Elle se contente de hocher la tête et il la soulève avec délicatesse malgré sa taille imposante. Elle se laisse guider par cet homme qui à l'air de savoir ce qu'il fait, qui a l'air de savoir quoi faire pour l'apaiser.

« C'était très bon, la limonade elle avait un goût bizarre mais bon. »

Elle ne sait pas quoi dire d'autre pour meublé le silence et ne pas laisser les voix de ses frères prendre de la place dans sa tête qui résonne déjà. Saf tremble, ou alors c'est Jahaal elle à du mal à avoir conscience de son corps et de celui de l'homme en même temps. Il la dépose dans une douche immense, elle paraît vraiment minuscule à côté de ce géant. Et alors qu'il allume l'eau elle se rends compte de sa propre odeur, de la fatigue, de la saleté qui s'est incrusté dans chaque pore de sa peau, de la fumée, du sang qui tache sa peau. Elle se recroqueville, dégoûtée d'elle même et de se montrer ainsi devant Jahaal. L'eau lui fait un bien fou, la lave des horreurs qu'elle à vue, des nuits sous sa forme de caracal, de la douleur un peu aussi. Il s'éloigne et Saf lève les yeux paniquée qu'il s'en aille et la laisse seule. Quand elle comprends qu'il se déshabille ses yeux s'égarent un instant avant de se détourner et de revenir sur le carrelage.

L'eau tombe depuis le haut à présent, elle lève la tête, appréciant la douche sur son visage, chassant la terre de ses cheveux qui retrouvent leur couleur d'origine, elle soupire vivement, sentant son torse ronronner comme un caracal. Jahaal se met devant Saf et commence à frotter ses membres endoloris avec un savon qui sent délicatement bon, elle hume le parfum et se laisse dorloter, chose qu'elle n'a jamais fait au cours de sa vie pourtant.

« Caracal, je suis un caracal pas une chatte ne l'insulte pas ou il va se braquer. »

Elle essaye de sourire mais c'est plus ses lèvres qui se retroussent étrangement qu'une ébauche d'une quelconque joie. Elle tends la main vers le visage de Jahaal, passant encore une fois une main dans sa barbe, Lucian son plus vieux frère portait lui aussi la barbe et elle aimait la douceur sous ses doigts. Elle à besoin de contact humain, c'est brutal et viscéral comme envie, alors elle laisse sa main s'échapper vers son cou, son épaule, son torse avant de se rendre compte de la situation. Elle rétracte sa main vivement contre son corps, masquant comme elle peux sa nudité.

« Je suis désolée de te mettre dans une telle situation Jahaal. Merci beaucoup pour tout ce que tu fais je suis tellement désolée. »

Encore une fois elle à envie de pleurer et détourne les yeux.


© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 17:45


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


C'était donc ça, la forme un peu animale, très féline, que tu avais vu sur elle, comme si elle était encore à moitié transformer. Un caracal. Tu n'as pas la moindre idée de ce que c'est, mais ça doit être plus sauvage et carnassier qu'un chat, sinon, elle n'aurait pas dis cela. Tu lui souris gentiment alors qu'elle se laisse docilement faire. Tu retires consciencieusement toutes les marques sur sa peau, toute la poussière et la crasse, tu effaces la puanteur de la douce effluve de son savon. Elle dégage une sorte de ronronnement, vestige de son totem et de cette forme animale dans laquelle elle s'était réfugiée pour fuir la douleur et le chaos de son existence. Tu le devines sans qu'elle ait besoin de te le dire.

Tu déglutis faiblement quand tu sens la paume de Saf couler sur ta joue pour se perdre dans ta barbe. Tu ne t'expliquais pourquoi elle faisait cela, car ce n'était pas la première fois qu'elle mêlait ses phalanges à tes poils. Ce n'était pas désagréable, tu avais l'impression que c'était sa façon de se raccrocher à la réalité, alors tu la laisses faire. Ca te met un peu mal à l'aise, parce que tu es nu, qu'elle l'ait aussi, et terriblement proche. La douceur de son geste et sa caresse ne pourront par te laisser de marbre bien longtemps. Tu grognes un peu. Comme un avertissement sur la limite qu'elle ne doit pas dépasser. Pour son propre bien. Parce que tu refuses de lui faire du mal alors qu'elle souffre déjà atrocement.

Sa paume coule le long de ta gorge, contourne ton épaule, parcourt ton torse et tu sens la morsure de son regard félin à la pupille jaune qui suit le trajet de ses doigts. Tu frémis, ton corps réagit malgré toi et tu serres les dents. Ton coeur se trouble quand sa voix brise le silence et qu'elle s'enroule compulsivement les genoux de ses bras. Elle a compris qu'elle s'égarait, et tu ne lui en veux pas. Quand elle s'excuse, tu hoches simplement la tête en l'attirant contre toi. Tant pis pour la réaction de la nature, tu ne pouvais l'abandonner dans sa solitude glacée. Si elle avait besoin de ta présence, de ton contact, pour aller mieux, alors, tu lui offrirais. Le plus chastement possible, en te mordant l'intérieur de la joue alors que tu baises doucement le haut de son crâne.

L'eau coule sur vous, et tu sens tes boucles brunes se détendre alors que tu te retrouves tremper à ton tour. Tu glisses ta paume autour de son menton et la force à te regarder. Parce que tu ne veux pas qu'elle culpabilise. Le chagrin pousse les gens à des extrémités qui peuvent être encore plus destructrices que ce qui les a initialement mener à souffrir. Et sans te l'expliquer, tu voulais préserver Saf de cela. Tes bras se referme autour de sa poitrine, tu sens son anatomie nue contre toi et tu lui offres la tienne sans penser à autre chose qu'à ton envie sincère de l'aider du mieux que tu pouvais. Alors, avec un ton un peu rauque, mais qui se veut complice, tu lui murmure à l'oreille, lui chatoyant la gorge de ta barbe humide :

"T'en fais pas, Saf. T'en fais pas ... Et puis .. le goût bizarre dans la limonade, c'est du sirop de violette. Il paraît que ça guérit toutes les peines. Fin, j'pense que ça finit par te filer du diabète à la longue, mais bon !"


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 12 Oct - 22:48

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

Ses frères lui manquent, d'une façon terrible, atroce, comme un trou béant à même son cœur, une bête dévastatrice et carnassière qui ferait son nid juste dans sa poitrine. En passant ses doigts dans la barbe de Jahaal elle se souviens de son frère Lucian, le plus vieux de la fratrie. Elle avait pour habitude de regarder des vieux films d'auteur incompréhensibles avec lui, elle appuyé contre Lucian, ses doigts perdus dans sa barbe, le chatouillant jusqu'à ce qu'il finisse par râler et se venger en la chatouillant. Souvent Ewin débarquait, toujours à l’affût des bons coups et se jetait dans la mêlée, se retrouvant au final avec ses deux aînés contre lui. Tout ces moments de bonheur, ces éclats la brisaient autant qu'ils lui faisaient du bien. C'est alors qu'elle se rends compte que sa main s'est égarée sur le corps de Jahaal et qu'elle ne devrait pas le mettre dans une situation aussi difficile, c'est un homme qu'elle à devant elle, loin d'être un eunuque et elle ne veux pas le provoquer et le blesser alors qu'il à été si doux et si gentil avec elle. Il grogne et Saf réponds par un feulement doux, une sorte de ronronnement venant du fond de sa gorge.

Elle se rétracte, nécessitant le contact humain mais ne supportant pas de mettre Jahaal mal à l'aise. Elle détourne les yeux mais soudain il l'attire quand même vers lui, pressant leur deux corps l'un contre l'autre, elle sent parfaitement son anatomie contre elle, ses muscles fort, son cœur battant. La primitive se love contre lui, comme un oisillon tombé du nid qui cherche la protection d'un plus fort. Saf frissonne de la tête au pied alors qu'il embrasse le haut de son crane, elle n'a pas froid, elle n'est juste pas habituée à avoir de telle marque de protection, ça a toujours été elle qui protégeait ses frères.

De son immense main douce mais ferme Jahaal la force à lever les yeux vers lui, elle n'a plus de larmes mais elle sait que l'un de ses yeux est resté félins. Elle se demande alors ce qu'il est, il n'a pas l'air vraiment surpris de l'avoir vu a moitié transformé il doit donc être au courant du surnaturel. Elle le fixe alors qu'il est lui aussi trempé et elle sourit franchement à sa remarque et soudain il réveille quelque chose en elle. L'infirmière, celle qui soigne, qu'elle avait enfermé loin. Tout son torse vibre alors qu'elle se sent de plus en plus humain et que ses yeux redeviennent normaux.

« Le diabète ça se soigne bien, puis c'est vraiment bon ce sirop donc c'est pas grave. »

Elle pose ses mains glacées sur les avant bras de Jahaal qui l'entourent, pressant ses paumes contre sa peau, elle voudrait tellement lui dire à quel point tout ce qu'il fait la soulage et l'apaise mais elle à encore du mal à trouver ses mots. Alors elle va saisir délicatement sa main droite et l'amène lentement sur sa cage thoracique, la posant juste au dessus de son sein droit, sur son cœur, pour qu'il sente son battement léger et lent.

« J'ai toujours mal, là, c'est profond, c'est … Douloureux. Mais tu m'apaise, je ne sais pas comment tu fait pour être aussi plein de compassion mais merci d'avoir ramasser ma carcasse. »

Elle s'appuie un peu plus contre lui, l'eau qui continue de les tremper lui fait un bien fou, autant que la présence de l'homme tout près d'elle. Saf soupire de bien être, la souffrance est toujours là, en sourdine prête à bondir et à la refaire sombrer mais pour l'instant elle la laisse en paix.

« Tu es quoi Jahaal ? J'ai vu tes dents tout à l'heure mais tu n'es pas un primitif et je le saurais si tu était un maître.. »


© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Jeu 13 Oct - 0:18


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Tu rigoles en silence. Juste un éclat rauque alors que tu te plonges dans son regard à demi félin. Le caracal te sourit au moins autant que la jeune fille frêle et démunie qui a perdu sa famille et fuit l'horreur dans la nuit. Tu sens un souffle nouveau s'insinuer doucement en elle quand elle pose ses mains sur tes bras alors que tu l'enlaces toujours férocement. Comme si elle reprenait le dessus progressivement, pas à pas, en commençant par cette touche d'humour qui tranchait avec le désespoir dramatique de la situation vu de l'extérieur. Tu avais l'impression de lui avoir transmis au moins un peu de ta force et tu refusais de la lâcher, comme si c'était ce contact qui faisait passer le fluide de toi à elle. Alors tu t'accroches à cette idée comme Saf s'accroche à toi. Car il faut que vous gardiez chacun votre force, pour soulager votre propre fardeau. Elle avait sa douleur, et tu l'avais elle. Mais ce n'était pas un problème, tu voulais juste, pour une raison que tu ignorais encore, qu'elle aille mieux et tout faire pour l'aider.

Elle finit par attraper ta paume pour la poser sur son coeur. A droite. Tu évites de penser que ta larges paluche recouvre presque complètement sa poitrine et détourne le regard. Pourtant, tu sens battre sous tes doigts un coeur qui se calme et qui ralentit à mesure que l'étreinte se prolonge. Comme pour confirmer ta théorie selon laquelle tu lui communiquais ta sérénité. Tant mieux. Ses mots sont une caresse du coeur qui renforce ton envie de la soutenir et de l'aider à traverser son calvaire. Tu lui offres un sourire tendre, plein d'une affection débordante et inexplicable, qui surgit spontanément quand tu poses ton regard sur elle. Tu hoches doucement la tête. Oui, la souffrance restait vive. Oui, la douleur allait perdurer encore longtemps. Oui, il lui faudrait apprendre à l'apprivoiser, à vivre avec jour après jour. Elle ne l'oublierait jamais. Elle ferait avec. Comme tout ceux qui perdent un être cher. Comme toi avec tes parents. Tu déglutis, sentant l'émotion naître dans ton ventre. Plus d'un siècle est passé et tu ressens encore le même vide incommensurable s'ouvrir en toi rien qu'en pensant à leurs visages. Tu déglutis bravement et ravale ton émotion pour croiser encore le regard de Saf et du caracal.

"Je t'en pris, c'était normal. J'pense que c'est le karma qu'a voulu ça. J'ai ... j'ai perdu mes parents. Je sais ce que tu vis. Et celle qui est responsable du prolongement de ma souffrance s'est réveillée en pleurant d'un cauchemar cette nuit. Elle aussi, elle souffre. Elle a perdu son époux. Alors je suis allé près d'elle pour la rassurer. Quand elle s'est calmée, je suis sorti me promener. Et je t'ai trouvé. J'ai pas l'impression que ce soit un hasard ..."

L'eau coule sur vos deux corps enlacés et vos rythmes cardiaques se synchronisent, vos myocardes battent à l'unisson, et vos souffles se mêlent. Il y a un moment de paix diffus qui forme une bulle protectrice entre vous et le monde. Tu as toujours ta peau sur sa poitrine, et l'autre lui caresse doucement les cheveux, glissant entre ses mèches humides. Tu n'oses pas briser le silence qui s'est installé entre vous à ton aveu tragique, seulement amoindri par le bruit du jet d'eau qui coule toujours du pommeau en hauteur. Elle finit le rompre, en te demandant ce que tu es. Alors mieux qu'une réponse, tu te laisses envahir par ta soif si souvent contenue. Tes crocs poussent de tes mâchoires, dépassant sur tes lèvres pleines. Ta peau pourtant halée prend une teinte plus pâle, plus translucide, faisant saillir les veines bleuies de tes bras puissants, de tes cuisses, de ton torse. Tes cheveux foncés sont lissés par l'eau, te donnant l'air presque effrayant. Ton charisme déborde avec cette aura qui se forme autour de toi, imperceptible, attirant les regards sur ta carrure déjà puissante, d'autant plus impressionnante sous ta forme de prédateur. Il ne manquait que la transformation en chauve-souris. Tu fais un petit sourire à Saf qui devient presque mystique sous ta vraie forme, dévoilant tes crocs acérés comme des rasoirs.

"Je suis un Immortel."


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Jeu 13 Oct - 11:16

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

Il n'a pas l'air choquer de sentir son cœur qui bat à droite, peut être qu'il ne comprend pas encore ce que cela signifie, peut être qu'il est trop concentré sur le fait de ne pas avoir de penser déplacées alors qu'elle viens de poser son immense main sur l'un de ses seins. Même Saf n'a pas vraiment conscience du niveau d'intimité qu'ils sont entrain d'atteindre, en fait elle ne voit même pas les choses comme ça, pour elle Jahaal est son sauveur, l'être qui pourrais la sortir de la fange de la douleur et qui pourrais la ramener à la vie, elle n'arrive pas à le voir autrement que comme un ange gardien qu'on aurait mis sur sa route. Son sourire remplit un peu le vide immense qu'a créer la perte de ses frères dans son cœur, c'est comme une fleur lumineuse qui s’étend peu à peu dans son cœur arraché. Elle ne sait même pas combien de temps ça va lui prendre pour supporter cette douleur seule, pour l'instant elle n'y arrive pas. Saf à peur de ne jamais réussir à s'en remettre, à pouvoir vivre avec cette perte, elle à l'impression que c'est un gouffre sans fin dans lequel elle tombe. Très sensible aux émotions des autres elle voit un voile passer dans les yeux de Jahaal alors qu'il semble avoir du mal à avaler sa salive.

Mais alors qu'il parle Saf pose une main sur sa bouche, estomaquée de ce qu'il lui raconte. Et soudain elle s'en veux horriblement de lui faire revivre cet instant de sa vie, de lui imposer sa peine alors que c'est un terrible jour pour lui. Elle serre ses mains plus fort sur ses avant bras ne sachant quoi dire, sentant que les larmes lui montent aux yeux, oui c'est ça Jahaal ne peux que être son ange gardien venu l'aider à s'en sortir, ils ont tellement de souffrance en commun que s'en est effrayant. Elle se plonge dans ses yeux et le monde disparaît, chacun partageant la peine de l'autre, Saf sentant qu'elle s'apaise réellement, pour de bon, comme si la simple chaleur de l'eau, la douceur et la tendresse qu'il lui a prodigué pouvait effacer des blessures plus profondes que la chair.

Saf le questionne alors, elle s'écarte alors qu'elle sent qu'il se passe quelque chose dans son dos. Elle le fixe et soudain il se métamorphose sous ses yeux émerveillés, la primitive parcours sa peau étrangement plus claire avec avidité, il à l'air soudain encore plus grand, plus musclé, plus imposant par sa présence. Du bout des doigts elle suit les veines bleues sur ses bras. Il dévoile ses dents pointues. Saf se met à genoux devant lui, arrivant à peine au même niveau que ses yeux alors qu'il est assis. Un immortel, elle en à déja entendu parler mais n'en a jamais rencontrer, on lui à toujours dit de se méfier d'eux mais c'est la dernière chose qu'elle à envie de faire quand elle le voit ainsi.

« Tu es … mystiquement beau comme ça. Je ne savais même pas que vous existiez vraiment, j'en avait entendu parler mais je n'imaginais pas que c'était vrai. »

Et dire qu'a côté elle n'était qu'une pauvre primitive au totem de caracal. Certes les caracals étaient des animaux flamboyants, mignons à souhaits, prédateur redoutables et rapides mais à côté d'un immortel elle ne faisait pas le poids ce n'était pas aussi majestueux. Si elle avait pu se transformer en immense panthère nébuleuse comme le faisait Ewin un de ses jeunes frères elle aurait pu tenir la comparaison mais pas là. Elle n'avait d’ailleurs jamais compris comment son frère faisait pour avoir une taille deux fois plus imposante que les panthères sauvages.

« C'est carrément plus classe qu'un primitif ! »



© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Jeu 13 Oct - 12:03


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


Tu ris doucement mais ta voix beaucoup plus rauque sous ta forme naturelle, ta poitrine résonnant comme un caisson de basse dans l'acoustique de la salle de bain. Tu vois l'admiration dans ses yeux encore jaunes, tu vois le ravissement sur son visage quand elle déclare que tu es mystiquement beau. C'est une drôle de formulation, mais ça résume pas mal la situation en effet. Même si elle n'imagine pas que tu as été façonné ainsi, avec cette apparence, pour devenir le pire prédateur du genre humain. Et c'est beaucoup moins drôle. Tu affiches un mou un peu emprunté quand un bruit te fait tendre l'oreille. Spontanément, tu lèves la tête et n'a pas le temps de réagir davantage que de masquer ton service trois pièces avec tes larges paumes et de replier tes jambes qui entourent Saf à genoux devant toi, que Greta enfonce la porte de la salle de bain. Elle était sous sa forme naturelle aussi, tout crocs dehors. Surement qu'elle avait senti ta transformation, même dans son sommeil, et qu'elle s'inquiétait qu'il y ait un problème. Manifestement elle était anxieuse avant de poser les yeux sur toi, sur Saf, de jauger la situation, et d'éclater d'un rire graveleux. Tu te serais frapper le front avec la paume de ta main si tu ne t'en servais pas déjà pour masquer difficilement tes couilles.

"Greta, c'est pas du tout c'que tu crois ..."

"Mais oui mais oui ... Prend-moi pour un jambon ! Oh mon Dieu ... c'est, Jahaal c'est bien ce que je crois ? Combien de fois je t'ai interdit de fréquenter la racaille primitive, hein ? Combien de fois je t'ai dis qu'il en va de l'honneur de notre race de les asservir et non de s'en enticher. Et tu t'envoies en l'air avec une dépravée inférieure ? Sous mon toit ? Tu n'as vraiment ... Quoi ?"

Elle te fusille du regard, les deux mains sur les hanches, son visage à la peau pâle comme la lune virant au rouge. Elle portait encore sa robe de nuit en voilage et fulmine quand tu l'interrompt brusquement. Tu as pris instinctivement Saf dans tes bras pour la protéger de ta créatrice qui montrait les crocs, menaçante en pointant du doigt le pauvre Primitive. Tu te relèves précautionneusement en entraînant Saf avec toi. Un regard échangé pour s'assurer qu'elle tient debout, elle qui avait les jambes si flageolantes quand tu l'as trouvé. Elle a l'air de tenir le coup, alors tu reposes ton regard sombre sur Greta.

"Je t'interdis de parler d'elle comme cela ! Je fais fais absolument c'que je veux avec qui je veux. Et si je veux m'envoyer en l'air avec une Primitive dans ma douche, je suis bien libre. Maintenant, tu fous le camps de ma piaule. Et si t'es pas contente, j'me barre en Egypte et tu me reverras plus jamais, c'est clair ? Alors laisse-la tranquille, va-t-en ! Casse-toi j'ai dis !"

Ta créatrice reste un moment choquée, le visage figé dans une rage sans borne qui laissait présager que tu en prendrais pour ton grade plus tard. Et puis finalement, elle s'en va, soupirant comme une diva allemande en se drapant dans sa fierté autant que dans le tissu précieux de son déshabillé. Elle avait bien compris, et ça faisait un moment, que tu ne serais pas du genre à te laisser faire sans rien dire sous prétexte qu'elle t'avait transformé. C'était même plutôt l'inverse : la plupart des Immortels vénéraient leur maître, toi tu acceptais de rester dans les parages parce que tu savais Greta instable et terrible seul. Et que tu avais bon coeur, envers et contre tout. Tu reposes ton attention sur Saf que tu avais instinctivement protégée de ton corps massif. L'eau coule encore sur vous et tu poses garde la paume que tu avais entouré spontanément autour de sa taille, gentiment sur sa hanche.

"Désolé pour ça. J'aurais peut être du te prévenir que ma créatrice était une folle furieuse ... et surtout qu'on est chez elle. Je ... je suis désolé. C'est un peu une habitude de vivre entre Immortels et j'ai pas vraiment eu le choix. Enfin disons que j'ai mes raisons de rester, mais ... Pardonne-moi, je te promets que tu ne crains rien, tant que je suis avec toi. Personne ne te fera du mal ici."


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 12
Points RP : 427

Région : Ecosse
Métier : Infirmière de bloc opératoire, spécialisée en traumatologie
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Lun 17 Oct - 23:27

L'acheminement vers la mort
Est une fuite inconsciente pour échapper
à la douleur et  à la pénurie.


Septembre 2012

Le rire de Jahaal résonne dans la salle d'eau, comme un tintement de verre elle va dire quelque chose quand un bruit la fait sursauter et tout de suite l'immortel réagit. Il se replie soudain sur lui même et Saf à le réflexe de se couvrir comme elle peux quand une furie rentre dans la salle d'eau. Une autre immortel qui elle fait clairement peur, Saf sent sa peau se dresser et une partie de ses épaules se couvrent de fourrure, comme si elle allait se transformer dans la seconde. Ses yeux passent sur Jahaal puis se posent sur Saf qui se recroqueville encore plus sur elle même sous les yeux scrutateurs. Et voilà qu'elle explosa d'un rire tonitruant, elle est tombée sur une maison de fou, qui est cette femme qui déboule comme ça ? Jahaal essaye alors de se justifier mais la femme la coupe. Oh. Merde. Elle n'as jamais vécu ce genre de situation c'est abominablement gênant. Puis le discours de la femme la refroidit nettement et la fait feuler dangereusement, elle n'aime pas du tout être rabaissée et considérée comme de la racaille. Ses griffes poussent instinctivement, elle à envie de lui faire comprendre qu'elle n'est pas une quantité négligeable ni inférieure. En plus elle insinue qu'elle se serait envoyer en l'air avec Jahaal. Bon c'est vrai que leur position actuelle peut porter à confusion mais tout de même.

Enfin elle interrompt sa diatribe et elle sent les bras de Jahaal l'attirer vers lui et la tension dans son corps disparaît de nouveau, elle à l'impression que c'est le seul endroit où elle se sent en sécurité. Heureusement qu'il la protège parce que cette femme semblait vouloir venir la dévorer et Saf n'est pas sure de savoir se contrôler et ne pas lui planter ses griffes dans la figure. Et elle n'a pas envie de mordre cette femme que Jahaal semble très bien connaître. Finalement Saf se relève avec son aide, ses jambes tremblent mais elle se sent plus forte qu'a son arrivée, la colère ça aide bien. Elle prends aussi alors énormément conscience de sa nudité et elle rougit violemment et se cache comme elle le peux derrière Jahaal pendant qu'il explique la situation à l'immortelle, prenant sa défense et l'envoyant sur les roses avec superbe.

Elle cligne volontairement des yeux vers l'immortelle pour bien mettre en avant ses pupilles toujours félines et elle dévoile un peu ses crocs prouvant qu'elle n'a pas peur de se défendre. Elle pouffe un peu derrière Jahaal quand elle s'en va telle une diva malmenée. Finalement elle repose son attention sur Jahaal écoutant les bruits de pas qui s'éloignent. Son sauveur lui explique que c'est sa créatrice et elle l'écoute, reprenant paisiblement forme humaine. Elle garde cependant ses crocs sortis.

« C'est un sacré phénomène, pas très sympa avec ma race on dirait. Je ne veux pas te poser de problèmes Jahaal, s'il le faut je peux m'en aller maintenant. »

Elle n'en a aucunement envie mais il n'est pas question qu'elle le mette en conflit avec sa créatrice. Mais elle sent que peu à peu la torpeur la gagne et qu'elle n'a qu'une envie se lover contre Jahaal dans un lit moelleux et dormir. Pour l'instant elle ne s'imagine pas rester seule un instant de plus, ce serait beaucoup trop douloureux. Elle sort gentiment de la douche, essorant ses cheveux et ont enfin retrouvé une couleur flamboyante. Saf se sent beaucoup mieux, de simples gestes attentionné et une bonne douche et là voilà un peu plus apte à faire face, pas totalement mais c'est un bon début. Elle relève les yeux vers la grande glace en face d'elle, l'image que le miroir lui renvoie est effrayante.

« Mon Dieu je ne savais pas que j'étais dans cet état .. »

© 2981 12289 0


Protect Yourself
Nous nous propageons sans contrôle, sans limite, au péril même de nos ressources, et s'il le faut, nous nous ferons nous-mêmes la guerre pour survivre quitte à nous massacrer par millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 09/10/2016
Messages : 22
Points RP : 428

Métier : Secrétaire Assistant de Haileen Jackson
MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    Mer 19 Oct - 0:31


Bring Me Back

Jahaal & Saf


Septembre 2012 - Vers 3h


"T'es folle, t'as pas intérêt à partir, c'est hors de question. Tu as besoin de moi, enfin, rooh zut tu vois ce que je veux dire. Je te laisserais pas t'en aller dans cet état !"

Tu poses ton regard sur elle, lui faisant bien comprendre que ce n'était pas négociable. De toute façon, elle n'était pas en état. Peut être si elle se transformait, et encore. Elle ne se serait pas trouvée dans cette rue, en pleine nuit, complètement nue et à moitié métamorphosée si elle avait été capable de s'en sortir toute seule. Ton étreinte se fait plus forte un instant avant qu'elle ne s'éloigne un peu. Pour lui dire que tu ne la laisserais pas tomber. Que tu n'étais pas comme Greta. Qu'elle pouvait avoir confiance en toi.

"Ouais bah disons qu'elle est à fond dans le truc d'autrefois, genre la guerre fratricide entre Abel et Caïn. Elle prend cette merde tellement au sérieux. Mais bon, qu'est ce que tu veux, on choisit pas sa "famille". Vaut mieux une folle que personne du tout, je pense ..."

Un soupire lourd quand tu réalises la gaffe que tu viens de faire et le peu de tact dont tu as fais preuve envers Saf. Tu lui fais un sourire penaud qui veut dire que tu es désolé. Ca fait beaucoup en peu de temps, tu en as conscience. Faut croire que tu es plus doué pour réconforter en fermant ta gueule. Tu regardes alors Saf sortir de la douche, tordant ses longs cheveux ayant retrouvé leur flamboyant entre ses mains pour les essorer. Alors qu'elle se fige devant un miroir en constatant avec effroi son état physique, tu sors à ton tour, complètement nu, et ne t'en formalise pas, te baissant pour récupérer dans le meuble des serviettes moelleuses pour Saf. Oubliant de t'en sortir pour toi.

"Tu comprends pourquoi je veux que tu restes ..."

Tu soupires un peu avant de t'ébrouer les dread comme un chien mouillé et t'envelopper à ton tour dans une serviette que tu noues autour de ta taille. Tu laisses par terre les vêtements que vous portiez. Grâce à Greta, tu avais une garde robe de malade, alors tu trouverais bien de quoi mettre à l'aise Saf. Quitte à aller fouiller chez ta créatrice. Tu pouffes un peu à l'idée de la crise d'apoplexie qu'elle ferait en voyant "la racaille primitive" se trimbaler dans son manoir dans une de ses robes de haute-couture hors de prix. Même si l'idée te fait sourire, pour la paix des ménages, tu préfères nettement lui prêter encore un tee-shirt à toi pour la nuit. Tu te diriges vers la chambre où repose sur la couette, la trousse à pharmacie. Tu t'assoies par terre, t'empares du matériel et invite Saf d'un regard à s'asseoir sur le drap.

"J'vais m'occuper de tes pieds d'abord. Et on finira par la saleté que tu as sous les côtes. On dirait que tu t'es fais déchiquetée par une bête sauvage, comment t'as fait ça ?"

Armé d'un coton imbibé de désinfectant, tu nettoies consciencieusement chaque plaie, coupure, éraflure, dermabrasion de la peau de la jeune femme qui a retrouvé un velouté après la douche et un bon savonnage. Appliqué, concentré, tu fronces un peu les sourcils, tes dreads entortillées autour d'une baguette chinoise pour voir un peu ce que tu fais. Puis, arrivé en haut des cuisses, tu appliques une pommade cicatrisante partout où il y en a besoin. C'était une recette orientale, apprise de ta mère -paix à son âme- avec des produits de chez toi. Le souvenir du soleil d'Egypte caressant ton visage te remue un peu les entrailles et tu le chasses vite de tes pensées. Ta potion semble faire de l'effet car déjà la douleur de Saf s'apaise. Reste à s'occuper de la grosse déchirure qu'elle a sous la poitrine. Tu te redresses avec souplesse et viens la rejoindre sur le lit en posant une paume qui se veut rassurante sur son avant-bras.

"Je pense que ce sera plus facile si tu t'allonges ..."


@ Yuki Shuhime






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Bring Me Back To Life [Feat Jahaal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bring me back in time, when life was so simple + Morwen
» [ FLASHBACK ] Bring me back - [Saf Jahaal ]
» Don't let your secrets guide your life feat. Adair ♥
» Go back to hell | Feat Jordan ou le Toutou de l'enfer
» If I could just go back in time feat. Mo Yeon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age of Grotesque :: The Last Day on Earth :: Flashback-