AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 † SAM †

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 11
Points RP : 436

Région : Angleterre
Métier : Archiviste
MessageSujet: † SAM †   Dim 2 Oct - 0:21


Simon Alexander Montgomery

Born Villain feat Iwan Rheon


Identité

Prénom & Nom : Simon Alexander Montgomery : Ainsi renommé définitivement. À sa naissance, il n'eut pas de nom. Les moines de l'abbaye de Chertsey, le trouvèrent sur le pas de la porte, ainsi abandonné dès sa naissance, le jour même de l'inauguration de l'abbaye des bénédictins. Il fut alors prénommé Benoit, en l'honneur d'Earconwald qui l'adopta au sein de l'abbaye.
Date de Naissance : Un jour d'hiver de l'an 666... Un signe ? Peut-être... La date exacte reste incertaine.
Lieu de Naissance : Des légendes disent qu'il est né à Cherstey, ville du Comté de Surrey actuel, au sud-est de l'Angleterre. Mais ça n'a jamais pu être prouvé...
Ville de Résidence : Vous le trouverez très certainement à Oxford...
Situation Maritale : Secrètement en couple avec un Maître de la Matière...

Date de Mort : Un jour d'été de l'an 692...
Âge Apparent : 26 ans
Lié à un Maître par le Rituel : Non

Pouvoir : Venant de la huitième force magique, la Mort, Simon est l'Instance suprême de la maladie et des épidémies, répandant des miasmes dans une fumée sombre, tout autour de lui... Il a le pouvoir de nécroser la vie, en apportant aux corps, son pire fléau : la maladie.
Vice Associé : La Sainte Vengeance
Affinités : Toutes et aucunes... Mieux vaut être craint qu'aimer, tel que l'a si bien défini de son vivant, l'illustre Nicolas Machiavel...
Inimités : Toutes et aucunes... S.A.M est une vieille instance qui est respectée depuis des siècles ! Néanmoins, les Instances Claires le dégoûte, par leur symbolique. Néanmoins, il se doit de les tolérer, vu sa position politique. Il trouve les Maudits inutiles par leur nature propre et il ne peut absolument pas supporter les Immortels qui représentent une véritable malédiction pour lui. Ils considèrent les Mortels et les Maîtres comme des jouets obsolètes, bien que ça n'a pas toujours été le cas. Quant aux Primitifs, il garde un avis partagé... Les autres Instances Sombres sont estimées suivant leurs motivations propres... Depuis le temps qu'il existe, il ne faut pas lui en vouloir de s'être lacé...
Membre du Sénat : Oui



Description

Simon est un être noble. Très calme, très bien élevé. En tant que vieille Instance, il sait qu’il se doit d’être respecté. C’est un homme de valeur, qui prône la justice depuis toujours… C’est sans doute l’une des principales raisons pour laquelle son vice associé est la Sainte Vengeance… Néanmoins, c’est un homme érudit, plein de savoir. Il a vécu une grande partie de l’histoire du monde et c’est précisément pour cette raison qu’il déteste être contesté. En effet, il sait lorsqu’il a raison. C’est quelqu’un de mesuré et discret. Il connait l’étendue de son pouvoir – depuis le temps qu’il le maîtrise – et sait lorsqu’il faut l’utiliser. En général, sa réputation l’aide à ne pas trop s’en servir pour intimider. C’est un homme sage qui est là où il faut quand il faut… Il ne se laissa jamais éprendre par des sentiments incontrôlables. Pour lui, ça relève de l’instinct primaire humain, l’instant qui fait en sorte que les humains de conduisent tels des animaux… Même s’il en a déjà été épris, il préfère rester discret sur ce phénomène inexplicable qui l’a emmené…

Simon est un jeune homme discret, modeste et réservé. Il n'aime pas démontrer ce qu'il ressent… C'est quelqu'un de distingué, de prudent, silencieux, de modéré, de sage et de sobre. Aux allures parfois secrètes. Il n'est pas du genre ostensible et qui se fait remarquer. Même lors de ses premières années d’Instance Sombre où il a clairement profité de sa nouvelle nature pour exploser les taux de morts en rependant des épidémies ! Il considérait la mort comme un véritable art !  Ceci dit, lorsqu'il juge utile de démontrer la vengeance pour laquelle il est si loyal, alors là, c'est encore mieux qu'au théâtre ! Pour certaine mise en scène, Simon fait preuve d'une belle imagination et d’une grande minutie. Il a le sens du spectacle, malgré sa discrétion naturelle. ( Bien que, ce n'est pas que sur lui qu'il attire l'attention, mais bien entendu toute la scène exposée ! ) Tout doit avoir un rôle bien particulier. Et pour ça, on peut dire qu'il est un calculateur et un manipulateur né ! Il a une force de persuasion à toute épreuve, due surement à ses années d’expérience et à son érudition. Le cerveau humain n’a plus de secret pour lui, ainsi que le monde du Grotesque.

Simon est également quelqu'un de particulièrement rancunier… La preuve en est avec son père et sa petite sœur… Aucun des deux n'est sorti indemne de sa vengeance. « Fais-moi quelque chose et je te le rendrai… en double ! » Il a une très bonne mémoire pour ça. Ce qu'on lui fait doit être rendu. De quelconque façon que ce soit. Haine et sadisme sont ses compagnes de vengeance…
En continuité de la rancœur, Simon peut parfois avoir le sang vif ! Il peut être quelqu'un de très discret, calme, réfléchis, sans pitié, de sang-froid, mais lorsqu'il s'agit de s'attaquer à lui avec ses propres faiblesses, là, ce n'est plus le même être... Il devient un véritable maniaque au sang chaud. Il ira même jusqu'à la violence, dépassant parfois ses propres limites… ! Il devient un véritable être dangereux et incontrôlable. Pas dans le sens explosif du terme, mais bien dans le sens dangereux du terme… Rien, absolument rien ne peut l’arrêter. Maniaque diabolique, ses plans les plus machiavéliques arrivent toujours à terme ! Jamais il ne rate une configuration. Il obtient toujours ce qu’il veut, de quelque manière que ce soit…
Ceci étant dit, il reste tout de même un être courtois, de bonne famille aux bonnes manières. Il incarne une Instance très respectable et respectée… Mais surtout crainte !

Au niveau de son style vestimentaire, Simon aime garder une garde-robe sobre et propre. Toujours habillé de noir, il collectionne les costumes hauts coutures et les chemises de grandes marques. Il a largement les moyens de se payer les meilleurs services qui soient. Ce n’est pas n’importe qui après tout ! Néanmoins, pour se fondre dans le monde des humains, il sait garder des tenues classiques et passe partout, quoi que toujours propres et sombres, bien entendu. Son physique est plutôt celui d’un jeune sportif. Étant mort à l’âge de 26 ans, en ayant découpé de la viande pendant 10 ans, il est claire qu’il a une certaine musculature apparente…



Choses et Autres

Il faut dire que depuis le temps, Simon a déjà beaucoup voyagé. Il aurait pu se poser dans un endroit qui ne le fait pas autant souffrir que celui-ci, mais il y est attaché. Il est à la recherche de quelque chose, ou plutôt, de quelqu’un qui l’a marqué dans sa vie et qui n’est jamais réapparue… Il se pose jour et nuit cette question.
Bien qu’il soit loin d’en avoir besoin, Simon a tout de même un métier dans le monde des humains. Il travaille comme Archiviste dans une grande bibliothèque. C’est comme un bibliothécaire, mais en mieux, en plus instruit. Il aime travailler là comme soi-disant ‘apprentis’. Car à 26 ans, on n’est pas toujours pris au sérieux… Il aime ce petit job car il n’est pas trop en contact avec les humains, sauf les plus instruits et les plus intéressants d’entre eux. Le savoir est quelque chose de précieux pour Simon. C’est sa réelle passion. Il connait beaucoup de chose sur le monde ! En même temps, vu la durée de sa vie jusqu’à présent, il serait mal venu pour lui de ne pas savoir… Il se fait souvent passer pour un passionné d’histoire, histoire de rester crédible. Il a déjà rencontré des filles, des hommes,… Mais le plaisir charnel n’est pas aussi intense que lorsqu’on est vivant… Sauf avec lui… Dernièrement il a rencontré un Maître de la Matière… Une âme si nuancée et si torturée qu’il est littéralement absorbé par cet être… Lui qui ne se passionne de pas grand-chose, trouvant le monde plat, répétitif et ennuyeux, il s’est trouvé une nouvelle source d’attraction, un damné….

Naturellement, une autre personne est réapparue dans sa vie… Elizabeth. Lui qui la croyait morte depuis des siècles, on est déjà venu lui rapporter plusieurs fois qu’une Immortelle presqu’aussi vieille que lui, est revenue dans la région… Cela est prometteur de certains rebondissements prochains … !



Histoire

Le jour de l’inauguration de l’abbaye de Chertsey, les moines bénédictins furent dérangés par les cris et les pleurs d’un bébé récemment né. Celui-ci avait été déposé sur la marche en pierre de l’édifice religieux, sans rien d’autre qu’un linge – à l’origine blanc – qui l’entourait… À l’époque, c’était encore monnaie courante d’abandonner ainsi les enfants… Néanmoins, Earconwald, le fondateur de l’abbaye, l’accueilli et lui donna le prénom de Benoît, en l’honneur du Saint de leur ordre. Il vit en cet enfant, un signe. Peut-être pas aussi important que le messie lui-même, mais il était d’une bonté incalculable et il appliquait les commandements de la bible à la virgule près. Dans ce geste symbolique, il venait d’aider son prochain. Un petit être venu au monde et abandonné à sa propre condition et à sa propre nature.

Benoît grandit donc parmi les moines et adopta tout de leur vie. Il était un enfant exemplaire et dès qu’il fut en âge de comprendre, il sut qu’il devait sa vie à  Earconwald. Il se montra infiniment loyal envers lui. Il voulait qu’il soit fier de l’avoir adopté ! Ce petit garçon montra des signes d’altruisme très tôt. Passant son temps libre d’enfant à la bibliothèque des moines, étudiant les textes sacrés. Il avalait littéralement les œuvres. Il se montra également très doué en calligraphie et en fit même sa fonction au sein de l’ordre. Néanmoins, sa curiosité et sa soif de connaissance dépassait l’entendement…

Un jour de 676, Earconwald fut nommé évêque de Londres et il dû quitter l’abbaye. Benoît fut profondément blessé d’entendre cette nouvelle, car il savait que son ‘père’ adoptif allait partir, l’abandonné. À 10 ans, Benoît réussi à s’enfuir du monastère pour poursuivre les chevaux de son père sur les chemins boueux, devants le conduire à la capitale.  L’enfant ne fut pas capable de les suivre bien longtemps. Mais grâce à ses connaissances, il put retrouver le chemin vers Londres et découvrit alors le monde qu’il y avait en dehors des murs de l’abbaye. Pendant des semaines, voire des mois, il parcouru la capitale et il trouva une source précieuse de savoir dont il s’abreuva sans vergogne, sans retenue aucune !
Mais le petit ne tarda pas à être retrouvé. En effet, un enfant lecteur était rare en ces temps… Il fut enfermé dans les prisons, le temps que l’évêque vienne le chercher. Il lui expliqua que c’était mal de vouloir tout savoir et de partir en quête de la connaissance absolue… C’était, selon la religion, un signe de non croyance en les saints textes. De par ce fait, on commanda alors de détruire tous les écris existants, n’étant pas considéré comme des textes saints. Étant déjà très rares de base, il n’eut aucune difficulté pour les brûler ! Surtout moyennant des récompenses !

La joie de Benoît fut littéralement détruite par les flammes qu’il regardait consumer tout le savoir qu’il venait d’apprendre. Même si on lui certifiait que ces connaissances étaient nocives, il n’en avait cure ! Sans le savoir, l’évêque venait de donner naissance à un sentiment de rébellion au cœur de son fils adoptif… Mais ce dernier le tut, regardant d’un œil amère, son trésor en train de brûler sur la place public, à travers un vitrail coloré.

Le garçon fut renvoyé à l’abbaye sur le champ, avec une surveillance religieuse omniprésente, pour lui faire oublier ce qu’il savait… Le silence avait été ses seuls mots depuis ce jour tragique. Il jugeait l’être humain comme étant vile et manipulateur… Toute une réalité de ce monde vint mûrir dans son esprit. De petit moine croyant, il était passé à vagabond laïque, pourfendeur de la vérité.

L’année des 16 ans de Benoît, l’évêque vint rendre visite aux moines de Chertsey. Le garçon avait gardé le silence depuis et s’était plié aux moindres ordres de sa surveillance permanente…  Sauf que ce retour, Benoît l’avait attendu et préparé. Lorsqu’ Earconwald vint lui rendre visite dans la bibliothèque, il déclencha – par un mécanisme malin – un incendie. Sur son pupitre de calligraphie, centré au milieu des textes saints qu’il avait pris tant de soin à recopier ces 6 dernières années, Benoît voulu montrer toute la douleur qu’il avait ressenti face à l’incompréhension de son père. Les flammes s’étaient étendues tout autour de lui, laissant un passage visible jusqu’à la porte où les moines et l’évêque se tenaient. Tel un parfait tableau apocalyptique, le feu rongeait sans retenue, le papier gorgé d’enluminures et de savoirs religieux. L’évêque fut plus déçu que choqué. Les moines durent attendre que le feu s’éteigne avant de pénétrer dans la pièce. Quant à Benoît, il eut le temps de sortir par une des fenêtres ouvertes et prendre la fuite, encore une fois…

Cette histoire, jamais elle ne sera comptée. L’évêque fut enfin convaincu que son garçon avait été touché par le Malin… et ne préférait pas propager cette histoire. Benoît fit comprendre à l’évêque, qu’il avait besoin de savoir. Quelque chose en lui, le poussait à apprendre le monde, la vie autour de lui. Ce monde qui lui fut caché autrefois, ne devait plus avoir de secret pour lui. Il fit promettre à  Earconwald de garder – secrètement bien entendu – n’importe quel écrit, qu’il soit païens ou non. Et en échange, le garçon promettait de réécrire tout ce qu’il venait de brûler. Benoît connaissait tous les textés brûlés par cœur. Depuis le temps qu’il les recopiait et qu’il les étudiait, il avait largement eut le temps de les apprendre ! Mais l’évêque refusa. À nouveau, un sentiment de haine vint emprisonner le cœur du garçon qui partit en courant. S’échappant de l’abbaye à toute vitesse, l’évêque préféra que les moines le laissent partir, tel le fléau du seigneur. La nature reprendrait ses droits sur son corps et son âme…

Se réfugiant dans la forêt environnante, Benoît ne tarda pas à se défaire de ses vêtements de moine qui lui brûlèrent la peau, tel l’enseignement obligatoire d’une idéologie qui ne lui correspondait plus. L’enfant exemplaire qu’il incarnait aux yeux de l’évêque était devenu un véritable échec aux yeux de l’ordre… Sachant parfaitement que l’évêque passerait la nuit à l’abbaye, le garçon revint faire ses preuves de véritable enfant de la science contemporaine. De ses pigments et alliages, il déversa ses liqueurs de couleurs et d’alcool dans les gorges des moines, ainsi que sur leurs visages. Il rependit même du fiel de bœuf épais, mélangé à une huile inodore, pour camoufler l’odeur des pigments et de ses fabuleux mélanges, sur les sols. Toute son ingénierie mise en place, les moines allaient se réveiller pensant être victimes de la main du seigneur, pour avoir chassé l’enfant recueilli. Et ils y crurent ! Ayant un goût infâme dans la bouche, ils vomissaient des couleurs brunâtres et rougeâtres. Regardant leurs visages dans des miroirs, ils y virent des couleurs anormales et des pentacles dessinés sur leur front. Le sol glissant, les religieux étaient tous tombés. L’évêque fut également une victime. Et au centre de la cour intérieur de l’abbaye, un linge blanc, le linge du garçon, flottait symboliquement dans les airs en arborant ces mots dans la langue natale du fils de Dieu : « Pour l’avoir empêché de grandir, vous tomberez. Pour l’avoir empêché de savoir, vous régurgiterez. Pour avoir emprisonné son âme, vous mourrez ! » Toutes ces actions s’étaient déroulées dans l’ordre du réveil des moines. Ils ne pouvaient que croire à la main de Dieu. Et maintenant qu’ils étaient persuadé de qu’ils allaient mourir, de cette épouvantable maladie inconnue leur marquant le visage, certains mourraient là, après avoir lus les mots flottants… Le garçon avait réussi à se venger de ces bourreaux, se prétendant hommes de fois. L’évêque, quant à lui, soupçonnait l’ingénierie du gamin, en reconnaissant les pigments sur les visages de ses moines… Mais il était trop tard. Certains d’entre eux étaient morts, tellement ils y croyaient…

Seul, à marcher entre les arbres presque entièrement nu, il partit en quête de sa véritable identité. Il connaissait son histoire et il voulait découvrir d’où il venait exactement, persuadé que sa vie irait mieux, là où il devait se trouver depuis le début. Il ne croyait plus en la force du destin… En fait, il ne croyait plus vraiment en grand-chose !

Alors qu’il était en train de mourir de faim et de froid, une entité blanche, tel un ange vint apparaître à ses yeux. Elle se dévoila à lui, sans retenue. Elle lui avoua qu’elle était la mère qui l’avait mise au monde et qu’à présent, elle faisait partie du monde des morts. Mais elle avait une mission pour lui. Retrouver sa famille originelle et sauver sa petite sœur, pour qui elle avait donné la vie… Et elle disparut ensuite. Quoi ? Le jeune garçon ne comprenait pas… Pourquoi ? Pourquoi lui ? Pourquoi l’avoir abandonné et réapparaitre 16 ans plus tard ? Pourquoi seulement maintenant ? Pourquoi aller les retrouver eux pour la protéger elle ? Pourquoi ne le fait-elle pas, elle, en tant que mère ? Pourquoi ne pas protéger sa propre fille elle-même ?!  Il avait tant de question à lui poser… Sans savoir pourquoi, il se releva et se remis en marche, avec un nouveau prénom : Simon. Il aurait été le choix de sa mère, qui n’avait même pas eu le temps de le prénommer…

Il arriva dans une petite ville et suivi tout un tas de signe pour arriver jusqu’à l’humble demeure d’un boucher… L’enfant se présenta comme étant le premier fils revenu du monastère. Le père n’en croyait pas ses yeux ni ses oreilles. Il avait forcé sa femme à l’abandonner au pas de la porte de cette foutue abbaye, pour ne pas avoir trop de frais. En effet, il voulait une fille pour pouvoir gagner une dote à son mariage. Mais maintenant qu’il était de retour, il ne lui laissa pas le choix que de travailler pour lui, histoire d’avoir de la main d’œuvre gratuite et ce qui lui servirait à payer sa nourriture et son droit de rester entre ces murs ensanglantés et moisis... Lorsqu’il rencontra sa petite sœur, Elizabeth qui portait le prénom de sa génitrice en l’honneur de son sacrifice, il se passa quelque chose de magique ! Elle le reconnu tout de suite, même si elle ne le connaissait pas. Elle sentait qu’il était son grand-frère qui avait toujours été. Et lui, il sentait qu’elle était sa petite sœur, comme si jamais, ils ne s’étaient quittés. Ils se serraient dans les bras l’un de l’autre et le jeune garçon vit à quel point la vie avait été dure pour la petite. Elle avait subi l’humeur de son père tout au long de sa vie, puisqu’il la tenait pour responsable de la mort de sa femme… C’est là que le jeune garçon compris pourquoi le spectre de sa mère était venu le chercher. Dorénavant, il s’interposa spontanément entre son géniteur et sa petite sœur, à chaque fois  qu’il voulait lui donner un coup. Plus jamais il n’eut l’occasion de la toucher… Quant à Elizabeth, son rôle était de soigner les plaies de son grand-frère enfin apparu. Pendant ces séances de soins, la petite lui confia que le fantôme de sa mère venait régulièrement lui rendre visite pour lui donner du courage et lui promettre que bientôt, un garçon du même sang allait venir pour la protéger et la sortir de cette condition… Seulement, Simon ne voyait pas comment il pouvait faire ?! … À moins de la faire marier à un bon parti, pour qu’elle sorte de la misère, il n’avait que très peu d’atouts, en tant qu’ancien petite moine… Sauf qu’elle n’était pas tellement d’accord avec cette vision des choses. Pour elle, on lui avait promis une autre vie que celle-là. Surtout qu’elle était amoureuse d’un fils de poissonnier, qui n’avait pas une réputation et de l’argent assez en suffisance au goût du père, que pour la laisser avec cet énergumène.

Pendant 8 ans, Simon eut cette vie. Celui de rempart entre son géniteur et Elizabeth, qui vivait son amour secret. Jusqu’au jour où elle partit, avec le fils du poissonnier, sans avertir son père. Ce dernier se déchaîna sur Simon et fini par l’enfermer dans une cave moisie, sans eau ni nourriture, ou juste assez pour le maintenir en vie, pour qu’il puisse la battre quand bon lui semble, ainsi que de tester ses couteaux de boucher sur sa chair fraiche. Elizabeth savait qu’il allait s’en prendre à Simon… Pendant deux années, il croupit dans cette cave, jusqu’à ce que la vie le quitte enfin… Il s’était battu pour la gardée malgré lui, sentant qu’il faillait à la tâche que sa mère lui avait confiée… C’est dans les larmes, la sueur, le sang, les déjections et la putréfaction que Simon poussa un dernier cri de rage. Ce cri, Elizabeth l’eut entendu, même à quelques centaines de kilomètres. Il ressentit comme un coup de poignard dans la poitrine. Avec son amant, elle retourna vers la boucherie. Dans la nuit, après avoir cavalé toute la distance qui séparait sa vie aimée de la réelle, elle découvrit le cadavre amaigri de son frère, rongé par la nécrose. Une odeur nauséabonde empestait tout le domaine, si bien que les clients n’étaient plus venus chercher leur viande. Le père était ivre due à sa misère. Il n’avait plus conscience de cette réalité fatale depuis 2 ans. Pendant deux longues années, Simon s’était accroché à la vie comme il le pouvait. En pensant à sa petite sœur heureuse de vivre sa vie. Et aujourd’hui, elle était à genoux, pleurant sur son cadavre pourris. Elle aurait voulu passer un pacte avec le diable, tellement elle regrettait son geste. Elle voulait le faire revenir à tout prix… Elle aurait donné sa propre vie…

La cave se mit peu à peu à se remplir d’une fumée noire, de plus en plus épaisse… Lentement, elle vint caresser les genoux d’Elizabeth, accueillant ses larmes dans un vide qui cachait le sol… Le fils du poissonnier, pris de panique, préféra remonter de la cave, en essayant d’y entrainer sa bienaimée. Mais elle ne put bouger, tétanisée par l’évènement surnaturel qui était en train de se produire… Elle regarda le corps de son frère qui était en train de recouvrer une chaire, des muscles, une forme humaine, un teint vivant… Il reprenait vie sous ses yeux, dans l’ombre des enfers… Lorsqu’il ouvrit ses yeux, ils étaient noirs. Profondément sombre. Prise d’un indescriptible soulage et d’une incompréhension totale, elle se jeta sur lui, pleurant à chaudes larmes, le serrant dans ses bras. Simon regarda ses mains sales, ses blessures disparues, ses faiblesses anéanties… Il ne ressentait plus aucune douleur et pourtant, la chaleur du corps de sa sœur, il la ressentait… Elle était vivante et lui, mort… Il ne réalisa pas tout de suite… Il mit une minute avant de se relever, force physique totalement recouvrée, sa petite sœur dans ses bras, la portant pour l’amener hors de cette cave. La nuée d’ombre suivait Simon, d’une lenteur flippante. Une fois qu’il la déposa sur le sol, celle-ci retourna dans les bras de son amant, apeurée devant la stature de son propre frère, revenu des morts, tel le démon revenu des enfers. L’air sévère, il se dirigea vers le lieu où se trouvait son père, sans dire un mot. C’est alors qu’il l’enferma dans la cave et lui fit subir toutes les tortures qu’il avait eu et en double. Cet être humain allait regretter d’être venu au monde et d’avoir fait souffrir ses propres enfants. D’avoir obligé sa femme à abandonner le premier. D’avoir battu pendant toute sa vie, son deuxième. Et maintenant il allait payer. Plus que personne… Quant à Elizabeth, elle l’avait abandonné… Lui. Son frère qui avait pris tous les coups pour elle… Pour qu’elle puisse s’enfuir vivre son grand amour… Elle aussi allait devoir payer ! Devant ses yeux, Simon égorgea l’amant, qu’il balança dans la cave où se trouvait son père. Il sera sa seule nourriture. Traumatisée, elle tomba sur ses genoux, en larme, en crise, blessée. Et à présent, ils étaient quittent !

Quelques centaines d’années plus tard, Simon avait acquis une connaissance hors du commun. Il avait appris à maîtriser son pouvoir, ainsi que le monde fantastique dans lequel il était et du quel il avait eu des soupçons d’existence durant toute son enfance. Il serait mal venu de décrire toute la vie d’une Instance Sombre, aussi vieille que SAM… Néanmoins, même si vous connaissez à présent sa courte vie humaine, cette dernière sera gardée secrète à jamais… Personne ne sait exactement d’où vient SAM. Et personne n’osera le lui demander.
Voici les points phares de sa vie d’Instance jusqu’à aujourd’hui…

Il se hissa dans la classe bourgeoise par ses nombreuses connaissances et adopta le nom populaire de ces fameux commerçants. Pour éviter toute implication due à son ancienne vie, il prit le deuxième prénom d’Alexander, en l’honneur du noble qui la aidé à se hisser socialement. Simon Alexander Montgomery brillait par son savoir. Il se faisait passer pour un génie humain qui arriva même au titre de conseiller du gouverneur de la ville d’Oxford. Il participa même à l’élaboration et à la construction de la fameuse université, dont il se nomma le protecteur attitré.
Dans l’ombre de cette vie humaine montée de toute pièce, il traçait sa réputation de victime en victime, par sa force de persuasion et en exerçant son pouvoir. Il était l’incarnation de la vengeance même et son pouvoir était celui de la maladie. Le pire fléau que la race humaine pu connaître. SAM fut à l’origine de bon nombre d’épidémies, dévastant certaines parties de la surface de la terre. Il se dénommait comme tel et jamais personne ne fit de rapprochement entre l’humain du nom de Simon Alexander Montgomery et SAM, L’instant Sombre, aussi noire et sans pitié que les premiers démons de Lucifer…
Amassant d’innombrables richesses, Simon perpétua la réputation des Montgomery qu’il avait construite, à travers les âges et les générations.  Le Manoir Montgomery était la maison familiale, une maison de renom. Alliés de la couronne, elle compta de nombreux hommes d’affaires loyaux envers le peuple et le titre. Les Montgomery son fortement respectés et Simon Alexander, le fondateur. Il devint une figure historique, marquant l’histoire.

Aujourd’hui, il est surtout célèbre en tant que SAM, dans le Grotesque… Son nom est encore dans les mémoires humaines, même après tant de siècles, en tant que personnage historique. Mais les humains connaissent surtout SAM, l’Instance diabolique avec qui il est possible de passer un pacte pour demander la vengeance, la justice ! Sa réputation est à présente faite dans les deux mondes…



Joueur

b]● sexe :[/b] Féminin jusqu'à preuve du contraire What a Face ● région : BELGIIIIQUE !! ÉWÉ !! J'apporte des frites et de la bière mes amis !!! ● âge : 24 ans depuis le 12 janvier ! Donc oui, bientôt 25 >.> ● ancienneté Rp : Heu..... 12 ou 13 ans je crois ... le premier qui me traite de vieille, je le mange ! ● présence : LE PLUS POSSIBLE ! Oui bon, ce n'est pas très objectif, mais faisant des études un peu particulières, c'est très aléatoire ! NÉANMOINS je peux promettre quelques connexions durant la semaine ● ce que je fais: La question qui fâche... Alors je fais un master en Design Industriel. KESAKO ? Si ça vous intéresse vraiment, allez voir sur google ● découverte du forum : Bha heu... je suis une ancienne d'ASN qui a donc vécu le tremblement de terre ● ce que j'en pense : Sérieusement ? ... J'ai adoré incarner SAM sur ASN. Je VEUX continuer de le jouer, surtout grâce au lien tissé avec Heath'... Peut importe la tronche du fofo sur lequel on est ! Je ne pouvais pas lâcher ça (Bien que je dois tout de même avouer que j'aurais vu autre chose comme design, mais, vous le savez déjà What a Face )

@ Yuki Shuhime


Dernière édition par Simon A. Montgomery le Lun 31 Oct - 15:12, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 06/12/2015
Messages : 37
Points RP : 756

Région : Ecosse
Métier : Artiste Peintre
Force Magique : Matière
Pouvoirs : Manipulation du Son
MessageSujet: Re: † SAM †   Dim 2 Oct - 3:25





SIMON *q*








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 11
Points RP : 436

Région : Angleterre
Métier : Archiviste
MessageSujet: Re: † SAM †   Dim 2 Oct - 11:59

Heath'



i'm not a shadow i'm the shadow of revenge

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 15
Points RP : 437

Région : Londres.
Métier : Tatoueuse et Barman.
MessageSujet: Re: † SAM †   Dim 2 Oct - 16:57

Bienvenu Simon d'amur! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 11
Points RP : 436

Région : Angleterre
Métier : Archiviste
MessageSujet: Re: † SAM †   Mer 5 Oct - 13:41

Merci ma petite Nina !



i'm not a shadow i'm the shadow of revenge

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 06/12/2015
Messages : 37
Points RP : 756

Région : Ecosse
Métier : Artiste Peintre
Force Magique : Matière
Pouvoirs : Manipulation du Son
MessageSujet: Re: † SAM †   Jeu 6 Oct - 18:49






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 01/10/2016
Messages : 11
Points RP : 436

Région : Angleterre
Métier : Archiviste
MessageSujet: Re: † SAM †   Dim 16 Oct - 17:11

Je ne t'oublie pas mon Damné !



i'm not a shadow i'm the shadow of revenge

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 06/12/2015
Messages : 37
Points RP : 756

Région : Ecosse
Métier : Artiste Peintre
Force Magique : Matière
Pouvoirs : Manipulation du Son
MessageSujet: Re: † SAM †   Dim 16 Oct - 23:48

Courage mon Ange





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Date d'inscription : 06/12/2015
Messages : 37
Points RP : 756

Région : Ecosse
Métier : Artiste Peintre
Force Magique : Matière
Pouvoirs : Manipulation du Son
MessageSujet: Re: † SAM †   Lun 31 Oct - 23:24


Félicitations Mon Ange !

Bienvenue parmi les Born Villain


Tu es validé !!

Je l'ai attendu avec une impatience palpable, cette fiche, et je suis pas déçue. Le nouveau Simon est encore plus badass que l'ancien ! J'ai juste trop hâte de jouer à nouveau notre lien mouahahah


Après ta validation, tu vas devoir suivre le périple de l'initiation : tu verras, grâce à la petite fiche que tu as rempli pour signaler ta fiche terminée, tu seras recenser partout d'un coup, pratique non ? Alors ensuite ?

Et bien ta fiche sera déplacée dans un dossier spécial à ton nom, dans le forum de ta race, dans lequel tu pourras ouvrir ta fiche de lien (tu as un modèle à disposition là) et ta chronologie de RP (tu as un modèle à disposition ici aussi).

Tu peux après t'amuser comme bon te semble : ouvrir un rp, participer au flood, nous rejoindre sur la chatbox, ou encore. Enfin, tu peux demander l'ouverture d'une section privée (métier, logement, ce que tu veux) ou alors réclamer des liens et/ou des rps.

Si tu as le moindre soucis, hésite pas à contacter le staff :

@ Yuki Shuhime





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: † SAM †   

Revenir en haut Aller en bas
 
† SAM †
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Golden Age of Grotesque :: I Have to Look Up Just to See Hell :: You, Me And The Devil Make Three :: Born Villain :: Simon A. Montgomery-